Familles d'oiseaux

Colibri à queue de fanion

Pin
Send
Share
Send
Send


Plan
introduction
1 Description
2 Style de vie
3 Reproduction
4 Nutrition
5 menaces
6 sous-espèces
Liste de références

Le colibri à queue fanée (Latin Trochilus polytmus) est un oiseau de la famille des colibris. Endémique de la Jamaïque.

Les colibris mâles à queue de fanion ont des plumes foncées jusqu'à 17 cm de long et le plumage est vert, noir et bleu. Le long bec est rouge vif. Le corps mesure généralement 25 cm de long et pèse environ 5 grammes. La femelle est plus petite, avec un bec rouge foncé à brun et des parties inférieures blanches, tandis que le dos et la tête sont bruns. Le colibri à queue de fanion bat des ailes environ 30 à 75 fois par seconde. Le mâle en vol est accompagné d'une demi-voix forte, car l'air qui coule conduit aux vibrations des plumes de la queue. Le cri invitant sonne comme un fort "ti-ti-tay".

Les colibris jamaïcains peuvent être trouvés partout sur l'île, en particulier dans les zones lumineuses au-dessus du niveau de la mer. Ils sont très territoriaux et défendent leur site avec leurs becs acérés contre tout oiseau qui tente de pénétrer sur leur territoire. Malgré les longues plumes de la queue, le mâle est très doué pour voler. Une fois que l'oiseau s'est assis, il a l'air relativement gênant. Le colibri à queue de fanion peut économiser de l'énergie en tombant dans un état stationnaire (torpeur), de plus, il adapte sa température corporelle à l'environnement. En conséquence, il ralentit très peu les fonctions vitales.

Pendant la période de nidification, qui a lieu principalement avant ou après la saison des pluies (octobre ou mai), les mâles se rassemblent en petits groupes et tentent d'attirer l'attention des femelles avec leur plumage. Après l'accouplement, la femelle ramasse des brins, du coton, des cheveux, des fougères et des toiles collantes pour construire un nid. Là, elle dépose 2 œufs blancs et oblongs qu'elle incube pendant 14 à 19 jours. Dès que les poussins apparaissent, la femelle commence à collecter beaucoup de nourriture pour eux. Une fois que suffisamment de nourriture a été collectée, la femelle retourne au nid et presse la nourriture directement dans la gorge des jeunes oiseaux. Pendant les premiers jours, la femelle nettoie également le nid des excréments, mais bientôt les poussins apprennent à le faire eux-mêmes. Les poussins restent au nid pendant 3 à 4 semaines, puis ils deviennent indépendants et quittent le nid. Parfois, la femelle immédiatement après cela s'accouple à nouveau, nichant ainsi deux fois par an.

Le colibri à queue de fanion se nourrit principalement de nectar, qu'ils tirent avec leur langue de la corolle des fleurs. En même temps, ils ne peuvent pas s'asseoir sur les fleurs, car ils sont souvent si délicats qu'ils se briseraient immédiatement. Par conséquent, ils planent dans leur vol vibrant directement devant la fleur et plongent leur bec à l'intérieur. Parfois, ils se nourrissent d'insectes, qui sont cependant difficiles à attraper puis à digérer.

Le colibri à queue de fanion ne se trouve qu'en Jamaïque, la troisième plus grande île des Grandes Antilles. Sa population est relativement stable, et ils bénéficient même du défrichage de la jungle, car ils s'orientent mieux dans les zones ouvertes.

En 1902, une autre espèce de colibri a été découverte, trouvée uniquement dans l'est de la Jamaïque, avec un bec noir - le colibri à queue de fanion à bec noir (Trochilus scitulus). Certains experts l'identifient comme une sous-espèce du colibri à queue de fanion.

Boehme R.L., Flint V.E. Un dictionnaire en cinq langues de noms d'animaux. Des oiseaux. Latin, russe, anglais, allemand, français. / sous la direction générale d'Acad. V.E.Sokolova. - M.: Rus. lang., "RUSSO", 1994. - P. 171. - 2030 exemplaires. - ISBN 5-200-00643-0

Description

Les colibris mâles à queue de fanion ont des plumes foncées jusqu'à 17 cm de long et le plumage est vert, noir et bleu. Le long bec est rouge vif. Le corps mesure généralement 25 cm de long et pèse environ 5 grammes. La femelle est plus petite, avec un bec rouge foncé à brun et des parties inférieures blanches, tandis que le dos et la tête sont bruns.Le colibri à queue de fanion bat des ailes environ 30 à 75 fois par seconde. Le mâle en vol est accompagné d'une demi-voix forte, car l'air qui coule conduit aux vibrations des plumes de la queue. Le cri d'appel sonne comme un fort "ti-ti-tay"

Mode de vie

Les colibris jamaïcains peuvent être trouvés partout sur l'île, en particulier dans les zones lumineuses au-dessus du niveau de la mer. Ils sont très territoriaux et défendent leur site avec leurs becs acérés contre tout oiseau qui tente de pénétrer sur leur territoire. Malgré les longues plumes de la queue, le mâle est très doué pour voler. Une fois que l'oiseau s'est assis, il a l'air relativement gênant. Le colibri à queue de fanion peut économiser de l'énergie en tombant dans un état stationnaire (torpeur), de plus, il adapte sa température corporelle à l'environnement. En conséquence, il ralentit très peu les fonctions vitales.

La reproduction

Pendant la période de nidification, qui a lieu principalement avant ou après la saison des pluies (octobre ou mai), les mâles se rassemblent en petits groupes et tentent d'attirer l'attention des femelles avec leur plumage. Après l'accouplement, la femelle ramasse des brins, du coton, des cheveux, des fougères et des toiles collantes pour construire un nid. Là, elle dépose 2 œufs blancs et oblongs qu'elle incube pendant 14 à 19 jours. Dès que les poussins apparaissent, la femelle commence à collecter beaucoup de nourriture pour eux. Une fois que suffisamment de nourriture a été collectée, la femelle retourne au nid et presse la nourriture directement dans la gorge des jeunes oiseaux. Pendant les premiers jours, la femelle nettoie également le nid des excréments, mais bientôt les poussins apprennent à le faire eux-mêmes. Les poussins restent au nid pendant 3 à 4 semaines, puis ils deviennent indépendants et quittent le nid. Parfois, la femelle immédiatement après cela s'accouple à nouveau, nichant ainsi deux fois par an.

Aliments

Le colibri à queue de fanion se nourrit principalement de nectar, qu'ils tirent avec leur langue de la corolle des fleurs. En même temps, ils ne peuvent pas s'asseoir sur les fleurs, car ils sont souvent si délicats qu'ils se briseraient immédiatement. Par conséquent, ils planent dans leur vol vibrant directement devant la fleur et plongent leur bec à l'intérieur. Parfois, ils se nourrissent également d'insectes, qui sont cependant difficiles à attraper, puis à digérer.

Des menaces

Le colibri à queue de fanion ne se trouve qu'en Jamaïque, la troisième plus grande île des Grandes Antilles. Sa population est relativement stable, ils bénéficient même du défrichage de la jungle, car ils sont mieux orientés dans les zones ouvertes.

Sous-espèces

En 1902, une autre espèce de colibri a été découverte, trouvée uniquement dans l'est de la Jamaïque, qui a un bec noir - le colibri à queue de fanion à bec noir (Trochilus scitulus). Certains experts l'identifient comme une sous-espèce du colibri à queue de fanion.

Accueil> Résumé> Histoire

Le colibri à queue fanée (Latin Trochilus polytmus) est un oiseau de la famille des colibris. Endémique de la Jamaïque.

Les colibris mâles à queue de fanion ont des plumes foncées jusqu'à 17 cm de long et le plumage est vert, noir et bleu. Le long bec est rouge vif. Le corps mesure généralement 25 cm de long et pèse environ 5 grammes. La femelle est plus petite, avec un bec rouge foncé à brun et des parties inférieures blanches, tandis que le dos et la tête sont bruns. Le colibri à queue de fanion bat des ailes environ 30 à 75 fois par seconde. Le mâle en vol est accompagné d'une demi-voix forte, car l'air qui coule conduit aux vibrations des plumes de la queue. Le cri invitant sonne comme un fort "ti-ti-tay".

Les colibris jamaïcains peuvent être trouvés partout sur l'île, en particulier dans les zones lumineuses au-dessus du niveau de la mer. Ils sont très territoriaux et défendent leur site avec leurs becs acérés contre tout oiseau qui tente de pénétrer sur leur territoire. Malgré les longues plumes de la queue, le mâle est très doué pour voler. Une fois que l'oiseau s'est assis, il a l'air relativement gênant. Le colibri à queue de fanion peut économiser de l'énergie en tombant dans un état stationnaire (torpeur), de plus, il adapte sa température corporelle à l'environnement.En conséquence, il ralentit très peu les fonctions vitales.

Pendant la période de nidification, qui a lieu principalement avant ou après la saison des pluies (octobre ou mai), les mâles se rassemblent en petits groupes et tentent d'attirer l'attention des femelles avec leur plumage. Après l'accouplement, la femelle ramasse des brins, du coton, des cheveux, des fougères et des toiles collantes pour construire un nid. Là, elle dépose 2 œufs blancs et oblongs qu'elle incube pendant 14 à 19 jours. Dès que les poussins apparaissent, la femelle commence à collecter beaucoup de nourriture pour eux. Une fois que suffisamment de nourriture a été collectée, la femelle retourne au nid et presse la nourriture directement dans la gorge des jeunes oiseaux. Pendant les premiers jours, la femelle nettoie également le nid des excréments, mais bientôt les poussins apprennent à le faire eux-mêmes. Les poussins restent au nid pendant 3 à 4 semaines, puis ils deviennent indépendants et quittent le nid. Parfois, la femelle immédiatement après cela s'accouple à nouveau, nichant ainsi deux fois par an.

Le colibri à queue de fanion se nourrit principalement de nectar, qu'ils tirent avec leur langue de la corolle des fleurs. En même temps, ils ne peuvent pas s'asseoir sur les fleurs, car ils sont souvent si délicats qu'ils se briseraient immédiatement. Par conséquent, ils planent dans leur vol vibrant directement devant la fleur et plongent leur bec à l'intérieur. Parfois, ils se nourrissent d'insectes, qui sont cependant difficiles à attraper puis à digérer.

Le colibri à queue de fanion ne se trouve qu'en Jamaïque, la troisième plus grande île des Grandes Antilles. Sa population est relativement stable, et ils bénéficient même du défrichage de la jungle, car ils s'orientent mieux dans les zones ouvertes.

En 1902, une autre espèce de colibri a été découverte, trouvée uniquement dans l'est de la Jamaïque, avec un bec noir - le colibri à queue de fanion à bec noir (Trochilus scitulus). Certains experts l'identifient comme une sous-espèce du colibri à queue de fanion.

Boehme R.L., Flint V.E. Un dictionnaire en cinq langues de noms d'animaux. Des oiseaux. Latin, russe, anglais, allemand, français. / sous la direction générale d'Acad. V.E.Sokolova. - M.: Rus. lang., "RUSSO", 1994. - P. 171. - 2030 exemplaires. - ISBN 5-200-00643-0

Pin
Send
Share
Send
Send